La médecine séduite par le chocolat !

La médecine s’empare des vertues du chocolat (on parle de chocolat pur et de transformation à froid)
Le chocolat a un effet anti-fatigue et anti-déprime. Alors, n’hésitez plus à craquer pour un carré de chocolat noir, c’est bon pour le moral et pour le corps en général.

Les bienfaits du chocolat :

  • Le chocolat est un anti-stress
  • Le chocolat est bon pour le cholestérol
  • Le chocolat est un puissant antioxydant
  • Le chocolat est bon pendant la grossesse
  • Le choclat diminue la tension artérielle
  • Les antioxydants et le vieillissement
  • Les principes actifs de la poudre de cacao pur

Le chocolat est un anti-stress

– Les chocolats noir et au lait renferment respectivement 112 mg et 60 mg de magnésium pour 100 g.
Pour lutter contre le stress et l’anxiété, rien de mieux que d’augmenter sa consommation en magnésium. De multiples études confirment que ce minéral est un élément majeur de la prévention des conséquences négatives du stress, et qu’il est capable de réduire fortement les taux de cortisol plasmatique dans le sang.

Un déficit de magnésium entraîne une baisse d’énergie. Ce manque peut être ressenti de différentes façons : sensation d’épuisement, fatigue chronique, fatigabilité à l’effort… Le manque d’énergie a très souvent des conséquences psychologiques car il est anxiogène. Quand on se sent en forme, on a plus confiance en soi et si des problèmes surgissent on dispose de l’énergie nécessaire pour y faire face.

Différentes études ont montré qu’une alimentation enrichie en magnésium réduit les risques de survenue d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC, permet d’abaisser la pression artérielle et diminue la probabilité de souffrir d’un diabète de type 2.
De plus, une alimentation riche en magnésium pourrait avoir un effet positif sur la prévention et l’évolution de l’ostéoporose chez la femme ménopausée.

Le chocolat est bon pour le cholestérol

– Le sang transporte le cholestérol dans les vaisseaux sanguins. Ce sont les protéines qui permettent de réaliser cette opération. Certaines d’entre elles amènent le cholestérol jusqu’au foie où il est utilisé pour la digestion : c’est le bon cholestérol. D’autres protéines mal programmées ont tendance à laisser le cholestérol de côté : c’est le mauvais cholestérol qui peut boucher des artères.

Le chocolat et le cacao peuvent protéger l’organisme contre le mauvais cholestérol. Grâce à leurs flavonoïdes possédant des propriétés antioxydantes, ils diminuent la concentration de mauvais cholestérol et favorisent la production de bon cholestérol. La vitamine B3 contenue dans le chocolat permet également de réduire l’encrassement des artères.

Le chocolat est un puissant antioxydant

– L’oxygène que nous respirons permet de faire fonctionner nos organes mais entraîne simultanément la production d’un grand nombre de radicaux libres qui attaquent les structures de l’organisme. Le cacao contient un grand nombre de substances antioxydantes qui piègent ou neutralisent les radicaux libres responsables de l’oxydation.

La capacité antioxydante du cacao serait 4 à 5 fois plus élevée que celle du thé noir, 2 à 3 fois plus élevée que celle du thé vert et du vin. Ce sont les flavonoïdes et les minéraux (zinc, manganèse, cuivre) contenus dans la cacao qui sont particulièrement actifs.

Le chocolat est bon pour la grossesse

– Le chocolat protègerait les femmes lors de la grossesse, d’après une étude parue dans la revue Epidemiology. Manger quotidiennement du bon chocolat noir réduirait ainsi de 69% les risques de développer une prééclampsie, complication liée à l’hypertension artérielle.

L’étude, effectuée par des chercheurs de l’Université de Yale, a porté sur une cohorte de 2.291 femmes enceintes, entre 1996 et 2000. Les scientifiques ont estimé leur consommation de chocolat en mesurant notamment le taux de théobromine dans le cordon ombilical. Ce composant du cacao est particulièrement présent dans le chocolat noir. D’après les conclusions du rapport, la concentration de théobromine est associée à un risque moindre de prééclampsie.

Le chocolat diminue la pression artérielle

– Consommer 6 grammes de chocolat noir par jour, soit environ deux carrés, entraînerait une baisse de la tension artérielle, d’après une récente étude allemande, publiée dans la revue Jama.
D’après les résultats obtenus, une telle consommation ferait baisser la pression systolique (le premier chiffre) de trois points et la pression diastolique (le second chiffre) de deux points en moyenne. Par exemple, une tension artérielle de 140/90 (14/9 dans le langage courant), descendrait à 137/88.

L’étude a été réalisée à l’hôpital de Cologne, en Allemagne, auprès de 44 adultes âgés de 56 à 73 ans, et dont la tension moyenne était de 147/86. Les personnes de ce groupe ayant suivi un régime de 18 semaines, à raison de 6 grammes de chocolat noir par jour, ont vu leur tension baisser considérablement. Leur propension à l’hypertension est passée de 86% à 68%. Cela n’a pas été le cas pour le groupe “témoin”, à qui on a proposé un chocolat blanc, sans polyphénols.
Selon les auteurs de l’étude, cet effet du chocolat noir serait lié à la forte présence de l’antioxydant polyphénol dans le chocolat noir.

Les antioxydants et le vieillissement

– Les antioxydants contribuent à ralentir le processus de vieillissement de votre organisme et protègent efficacement contre les agressions extérieures.

Notre corps produit naturellement des radicaux libres, formes très réactives de l’oxygène à l’origine des cancers et des maladies dégénératives. Ces substances ne sont néfastes que lorsqu’elles sont produites en trop grandes quantités, ce qui arrive lorsque nous sommes exposés à la pollution, la fumée, les rayons ultra-violets ou le stress. Elles affectent alors les membranes cellulaires et le patrimoine génétique. Les antioxydants permettent d’annihiler ces radicaux libres surnuméraires. Ils protègent ainsi nos cellules du vieillissement.

– Le cacao se situe parmi les plantes les plus riches en antioxydants.

Les antioxydants du chocolat qui en découlent ont montré entre autres un grand effet cardio-protecteur.

Le marc de raisin est, quant à lui, naturellement riche en polyphénols, une catégorie d’antioxydants. En effet, dans le raisin, les polyphénols se concentrent dans les pépins, la peau et la rafle qui sont les constituants principaux du marc de raisin. L’extrait naturel que nous utilisons est spécialement dosé en oligomères procyanidiques (OPC), des polyphénols particulièrement actifs.

– La principale propriété des polyphénols est leur pouvoir antioxydant. Leur structure leur permet de capter et de stabiliser les radicaux libres produits par l’organisme. Selon différentes études éffectuées à ce sujet, les polyphénols du cacao peuvent exercer plusieurs actions physiologiques sur l’organisme :

– Diminution de l’oxydation des Low Density Lipoproteins (LDL ou “mauvais cholestérol”)
Le LDL oxydé se dépose sur les parois artérielles et provoque l’athérome, bouchant les artères et provoquant souvent des accidents cardiovasculaires. Les polyphénols du cacao, notamment les procyanidines, ont montré une nette réduction de l’oxydation du LDL et participent ainsi à la prévention des accidents cardiovasculaires. (Bearden et al, 2000 ; Schmitz et al, 1999 ; Pearson et al, 2001 ; Lotito et al, 2000 ; Rein et al, 2000 ; Wang et al, 2000)

– Protection contre la formation de péroxynitrite

Le péroxynitrite, bien que jouant un rôle dans la défense immunologique de l’organisme, peut endommager les tissus lorsqu’il est produit en trop grande quantité. Les polyphénols du cacao en empêchent la formation et évitent ainsi des réponses inflammatoires exagérées. (Arteel and Sies, 1999 ; Arteel et al, 2000)

– Modulation de la synthèse plaquettaire.

L’agrégation plaquettaire, lorsqu’elle est mal modulée, peut mener à la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins (thromboses). Les polyphénols réduisent l’agrégation plaquettaire. Ils ont un effet semblable à celui de l’aspirine sur le sang. Ils fluidifient effectivement le sang.(Rein et al, 2000 ; Rein et al, 1999 ; Schramm et al, 2000 ; Schramm et al, 2001; Murphy et al, 2003)

– Relaxation de l’endothélium des vaisseaux sanguins.

Certains polyphénols du cacao provoquent la production d’oxyde nitrique (NO), médiateur de la dilatation des vaisseaux sanguins. Cette dilatation permet, entre autre, d’éviter le blocage des vaisseaux par des caillots de sang. (Karim et al, 2000 ; Karim et Kappagoda, 2000 ; McCormick et al, 2000, Engler et al, 2004)

Tous ces effets montrent une intense activité des polyphénols du cacao dans la protection cardiovasculaire. Outre ces effets, certaines études ont montré également un effet immunostimulant de ces molécules.

Les principes actifs et les propriétés de la poudre de cacao

La capacité antioxydante du cacao serait quatre à cinq fois plus élevée que celle du thé noir, deux à trois fois plus élevée que celle du thé vert et deux fois plus élevée que celle du vin.

Les flavonoïdes

Le cacao serait l’un des aliments les plus riches en flavonoïdes1, surtout la catéchine et l’épicatéchine, ce qui lui confère, selon plusieurs études, une grande capacité antioxydante. Les flavonoïdes1,3,4 comptent pour 10 % des composantes de la poudre de cacao. Ils seraient responsables de certains effets cardioprotecteurs attribués au cacao3. Il est important de noter que selon la quantité de cacao qu’ils contiennent, les chocolats n’ont pas tous la même quantité de flavonoïdes1,3. La poudre de cacao arrive en tête de liste pour la teneur la plus élevée en flavonoïdes, suivie par le chocolat noir. Le chocolat au lait a une concentration moindre en flavonoïdes que le chocolat noir. Cette différence serait le résultat de l’effet de dilution causé par l’ajout de produits laitiers3. De plus, le pouvoir antioxydant des flavonoïdes est probablement plus important dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait, car il a été démontré que le lait pouvait inhiber l’absorption des flavonoïdes dans l’intestin5. Le chocolat blanc, quant à lui, ne contient pas de flavonoïdes puisqu’il est fabriqué seulement à partir de beurre de cacao1.

Maladie cardiovasculaire

De façon générale, les recherches indiquent que la consommation de flavonoïdes dans les aliments et les boissons peut diminuer le risque d’athérosclérose, un processus menant à l’apparition des maladies cardiovasculaires6. De plus, les flavonoïdes empêcheraient l’oxydation des LDL (« mauvais » cholestérol) de même que l’agrégation des plaquettes sanguines, deux autres facteurs de risque des maladies cardiovasculaires6. Finalement, certains types de flavonoïdes améliorent l’élasticité (capacité à se dilater et à se contracter) de la paroi des vaisseaux sanguins, un point critique dans la prévention des maladies coronariennes7. Plusieurs études ont évalué l’effet spécifique de la consommation de cacao et de chocolat noir sur différents marqueurs du risque cardiovasculaire. Les paragraphes ci-dessous en font un résumé.

Intégrité des vaisseaux sanguins et coagulation sanguine

La consommation sur une courte période de chocolat noir riche en flavonoïdes peut améliorer la fonction endothéliale des adultes en santé. Cette amélioration serait associée à une augmentation de la concentration d’épicatéchine (un antioxydant) dans le plasma8. Cependant, dans une autre étude, l’effet bénéfique de la consommation de chocolat noir sur la dilatation des vaisseaux sanguins et la fonction endothéliale n’était pas relié à une amélioration du statut d’antioxydant dans le sang9. Mentionnons qu’un mauvais fonctionnement de la paroi interne des vaisseaux sanguins (dysfonction endothéliale) est un facteur de risque de maladie cardiovasculaire. Ce dysfonctionnement précède le processus de formation de plaques dans les artères.

Effets antiplaquettaire

Une grande concentration de microparticules plaquettaires augmente le risque de thrombose. Plusieurs études ont démontré qu’un bon nombre de composantes du chocolat, particulièrement la catéchine et l’épicatéchine, ont un effet antiplaquettaire similaire à celui de l’aspirine5. La littérature scientifique rapporte que la consommation quotidienne de boisson au cacao chez des sujets en santé diminue la formation de microparticules et l’agrégation plaquettaire1,5,10,11. De plus, le cacao pourrait être associé à une réduction de l’activité plaquettaire, ce qui pourrait abaisser le risque de formation de caillots1.

Hypertension

Les chercheurs ont observé une diminution de la pression artérielle (systolique et diastolique) chez des personnes âgées hypertendues (non traitées) ayant consommé 100 g de chocolat noir durant plus de 14 jours, ce qui n’a pas été observé avec le chocolat blanc12. Parallèlement, une étude épidémiologique rapporte qu’une consommation plus élevée de cacao est reliée à une pression artérielle plus basse13. Donc, une alimentation équilibrée où l’on retrouve une plus grande consommation de chocolat noir influencerait favorablement la pression sanguine chez des patients âgés hypertendus qui ne reçoivent pas de traitement et chez des adultes en bonne santé14,15. Les flavonoïdes du cacao contribueraient largement à cette réduction de la pression sanguine12.

Lipides sanguins

La présence de LDL oxydés dans le sang est un facteur important dans l’apparition de la maladie cardiovasculaire. Probablement à cause du potentiel antioxydant des flavonoïdes, la poudre de cacao et le chocolat noir empêcheraient l’oxydation des LDL10,16. Plusieurs études ont aussi démontré que le chocolat noir, contenant une grande quantité de flavonoïdes, pourrait augmenter le cholestérol-HDL (« bon » cholestérol)16-18 et diminuer le cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol)5. Ces résultats démontrent que la consommation de chocolat noir pourrait jouer un rôle important dans la diminution du risque de maladies cardiovasculaires18.

Diabète de type 2. Certaines données démontrent que le chocolat noir, riche en flavonoïdes, améliorerait la sensibilité des cellules du corps à l’insuline, ce qui n’est pas observé avec le chocolat blanc. Cet effet pourrait être expliqué par les flavonoïdes contenus dans le chocolat noir14,15. Soulignons qu’une mauvaise sensibilité des cellules à l’insuline, qu’on appelle aussi « résistance à l’insuline », peut contribuer à l’apparition du diabète de type 2 et constitue un facteur de risque de maladies cardiovasculaires.

Acide stéarique

Le beurre de cacao est responsable de certaines propriétés du chocolat. Les acides gras prédominants dans le beurre de cacao sont les gras saturés (stéarique 33 %, palmitique 25 %), suivis des monoinsaturés (oléique 33 %)5. Les gras saturés augmentent le risque de maladies cardiovasculaires à cause de leur tendance à élever les lipides et les lipoprotéines dans le sang et à augmenter le risque de thromboses. Cependant, l’acide stéarique (gras saturé) présent dans le beurre de cacao agirait de façon différente, car il n’élèverait pas le taux de cholestérol sanguin autant que les autres gras saturés4,5,17. Ceci a été confirmé par plusieurs recherches qui ont conclu que l’acide stéarique ne diminue pas le cholestérol-HDL et n’augmente pas le cholestérol-LDL ou le cholestérol total5. L’acide stéarique aurait d’autres fonctions bénéfiques. Il agirait sur les facteurs de coagulation du sang en réduisant le volume des plaquettes, prévenant ainsi la formation de caillots, et aurait des effets bénéfiques ou neutres sur la pression sanguine5. Ainsi, l’acide stéarique, comparativement aux autres gras saturés, ne semble pas augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, même qu’il pourrait avoir des effets bénéfiques, entre autres sur les triglycérides sanguins, si consommé avec un apport en calorie répondant au besoin individuel.

En résumé

Un grand nombre d’études ont examiné les effets du cacao sur le risque de maladies cardiovasculaires chez l’humain. Il semble que les flavonoïdes retrouvés dans le chocolat auraient un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires et que l’acide stéarique, comparativement aux autres gras saturés, aurait un effet neutre sur le bilan lipidique. La consommation de 50 g de chocolat noir par jour pourrait diminuer le risque de maladies cardiovasculaires d’environ 10 %5. De plus, le chocolat noir pourrait être un bon moyen d’augmenter l’apport en antioxydants chez des personnes consommant peu d’aliments riches en ces composés bénéfiques18. Cependant, le chocolat noir et la poudre de cacao doivent être ajoutés de façon modérée dans une alimentation déjà équilibrée au point de vue énergétique18. Il demeure important de rappeler que, jusqu’à ce jour, nous ne savons pas si les effets positifs attribués au cacao et au chocolat noir sont toujours présents lorsque ces derniers sont consommés en grande quantité ou sur une longue période. De plus amples études sont nécessaires afin de déterminer avec plus de précision la quantité de chocolat à consommer pour obtenir le maximum d’effet ainsi que la quantité et les types de flavonoïdes du cacao et du chocolat qui ont des effets bénéfiques sur la santé1.

Il n’en demeure pas moins qu’un chocolat ayant un pourcentage de cacao élevé s’avère beaucoup plus intéressant pour la santé qu’une friandise chocolatée.

La principale propriété des polyphénols est leur pouvoir antioxydant. Leur structure leur permet de capter et de stabiliser les radicaux libres produits par l’organisme. Selon différentes études éffectuées à ce sujet, les polyphénols du cacao peuvent exercer plusieurs actions physiologiques sur l’organisme :

Diminution de l’oxydation des Low Density Lipoproteins (LDL ou « mauvais cholestérol »)
Le LDL oxydé se dépose sur les parois artérielles et provoque l’athérome, bouchant les artères et provoquant souvent des accidents cardiovasculaires. Les polyphénols du cacao, notamment les procyanidines, ont montré une nette réduction de l’oxydation du LDL et participent ainsi à la prévention des accidents cardiovasculaires

Delights recipe Chocolate cake
Origine et histoire du Chocolat